La justice harcèle encore M. Diomi Ndongala et arrestation arbitraire de son conseil à la prison de Makala /COMMUNIQUE DE PRESSE N° 06/ACAJ/2015

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 06/ACAJ/2015

La justice harcèle encore M. Diomi Ndongala

Arrestation arbitraire de son Conseil à la prison de Makala

Kinshasa, le 07 avril 2015 – L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) dénonce le énième harcèlement judiciaire contre M. Eugène Diomi Ndongala, Président du parti politique Démocratie Chrétienne, et l’arrestation de son Conseil à la prison de Makala par des agents de sécurité.

 Ce mardi 07 avril 2015, sur ordre du Parquet Général de la République quatre agents ont contraint M. Diomi Ndongala, malade depuis plusieurs mois, à comparaitre devant un magistrat pour être entendu sur de nouveaux faits. Il est désormais placé sous régime pénitentiaire de rigueur et privé de droit de communiquer avec sa famille et ses avocats.

 Son avocat Me Patrick Mutombo[1], qui est intervenu pour obtenir l’ajournement de sa comparution pour raison de santé a été arrêté et détenu au bureau du Directeur de la prison pendant une heure au motif qu’il aurait empêché M. Diomi Ndongala d’aller comparaitre devant le magistrat et communiqué avec la radio RFI dans l’enceinte de la prison sur cette affaire. Les agents de sécurité l’ont brutalisé et ravi ses téléphones. Le Directeur de la prison l’a traité de «avocat médiocre» et menacé de le faire humilier s’il continuait à contester la légalité de son arrestation et de le faire poursuivre devant le tribunal suivant la procédure de flagrance (comparution urgente).

 « Nous condamnons fermement ce énième harcèlement judiciaire contre M. Diomi Ndongala ainsi que l’arrestation et la détention arbitraires de son Avocat par les agents de sécurité. Nous rappelons que depuis plusieurs mois le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies a demandé au Gouvernement de permettre à M. Diomi Ndongala d’accéder aux soins médicaux que requiert son état de santé, mais sans succès, a déclaré Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ.

 « Le Gouvernement doit veiller à ce que les avocats s’entretiennent librement avec toutes personnes en détention et les assistent sans entraves. Une enquête indépendante doit être menée afin d’identifier tous les agents de sécurité qui ont brutalisé, malmené, arrêté,  détenu et menacé Me Patrick Mutombo alors qu’il assisté légalement son client M. Diomi Ndongola, a-t-il ajouté.

 L’ACAJ exige la levée immédiate la mesure de quasi isolement pénitentiaire qui frappe actuellement M. Diomi Ndongala.

Pour toute information complémentaire, contactez :

Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ

Téléphone : +243 81 404 36 41

Email : kapiambag@gmail.com et acajasbl@yahoo.fr

 

 


[1] Me Patrick Mutombo est avocat et membre de l’ACAJ.

il:kapiambag@gmail.com

Publicités