ACTION URGENTE – S.O.S : le défenseur des droits de l’homme Boniface UMPULA NYEMBO, Membre de l’Action contre l’Impunité pour les Droits Humains, ACIDH en sigle, arbitrairement arrêté par le Procureur Général USENI

ACTION URGENTE

S.O.S : le défenseur des droits de l’homme Boniface UMPULA NYEMBO, Membre de l’Action contre l’Impunité pour les Droits Humains, ACIDH en sigle, arbitrairement arrêté par le Procureur Général USENI

Nul n’ignore que depuis le lundi 03 novembre 2014, les Magistrats congolais, en commençant par ceux de la ville de Kinshasa, ont déclenché une grève spontanée et qui ne répond à aucun mot d’ordre syndical.

Le samedi 08 novembre 2014, agissant en concertation avec les membres du Comité national du Syndicat Autonome des Magistrats du Congo, SYNAMAC en sigle, le 2ième Vice-président de cette organisation professionnelle a, par son communiqué de presse n° 001/ SYNAMAC/2014, reconnu ce mouvement de grève spontanée, tout en spécifiant qu’elle répond au cahier des charges du SYNAMAC de 2011 et qu’elle fait suite au musèlement des syndicats des magistrats, pourtant reconnus.

Ce communiqué de presse a donné du tonus aux magistrats de la province du Katanga, jusque là hésitants. Ainsi, ceux de Lubumbashi ont été retenus de justesse ce lundi 10 novembre par Messieurs USENI SEFU et MAVUNGU, respectivement Procureur Général et Procureur de la République de Lubumbashi. Alors que ceux de Kasumbalesa hésitent encore, les magistrats œuvrant à Likasi ont débrayé dès ce matin, en dépit des menaces de leur haute hiérarchie qui a enjoint leur Procureur de faire circuler des listes de présence à partir de ce mardi 11 novembre. Mais, les magistrats nous ont dit leur détermination.

Pour favoriser une meilleure circulation de l’information sur le déroulement de cette grève, et agissant conformément à son mandat, l’ACIDH s’est résolue légitimement de reproduire en plusieurs exemplaires ce communiqué de presse et de le distribuer gratuitement au Palais de justice de Lubumbashi.

Contre toute attente cependant, Monsieur Boniface UMPULA NYEMBO sera arrêté vers 16 heures sur ordre de Monsieur le Procureur Général USEFU ! Pourtant des communiqués de presse dénonçant toutes formes de violation des droits de l’homme y sont toujours paisiblement distribués dans ce Palais de justice ! Il est poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles…

Il s’agit là d’une grave atteinte à la liberté garantie à un activiste des droits de l’homme qui n’a commis aucune infraction, mais aussi au droit à l’information de tous citoyens, dont les magistrats, à la liberté d’expression et à la liberté de mouvement.

L’ACIDH et l’ACAJ élèvent une vive protestation contre cet abus de pouvoir, pratique barbare et rétrograde de la part d’une autorité qui a la mission de protéger les droits de l’homme. Elles s’engagent à le faire poursuivre en justice pour arrestation illégale, ce d’autant que l’Inspecteur judiciaire en charge du dossier lui reproche simplement d’avoir distribué un communiqué du SYNAMAC, alors qu’il n’en est pas membre. Elles exigent sa libération sans condition.

Aussi, les deux ONG vous prient de faire parvenir cette action urgente :

–          A Monsieur le Président de la République (à Kinshasa-Gombe)

–          A Monsieur le Président du Sénat (à Kinshasa-Gombe)

–          A Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale (à Kinshasa-Gombe)

–          A Messieurs les Membres du Bureau du Conseil Supérieur de la Magistrature (à Kinshasa-Gombe)

–          A Monsieur le Représentant Spécial de la Mission d’Observation des Nations Unies au Congo, en sigle MONUSCO (à Kinshasa-Gombe).

Fait à Lubumbashi le 10 novembre 2014.

                         ACIDH et ACAJ

 

Publicités